Avoir un joli bijou, voilà le rêve de chacune d’entre nous. Enfin certaines rêvent même d’en avoir plein… comme moi 😉 Quoi de mieux alors que de feuilleter les magazines et de se laisser aller à rêver à l’un ou l’autre de ces modèles. Mais comment les joailliers essayent-ils de nous séduire ? Ont-ils des techniques avérées ? J’ai mené ma petite enquête en partant du magazine d’été d’une célèbre compagnie aérienne. Le regard est partiel bien sûr mais le nombre de pages consacrées aux bijoux était cependant très conséquent et potentiellement représentatif. Au final je me suis bien amusée et voici le résultat de mes recherches !

1er axe de séduction, le bijou en tant que tel !

En général, les très grandes marques tentent la photo du bijou sublimé. Délicatement mis en scène, tout concoure à valoriser avant tout la création du joaillier : formes, pierres, voir parfois suggestion de l’univers inspirant. On succombe à l’esthétique du bijou (normalement !) Le message est simplissime :
– La marque en priorité
– La caution « haute joaillerie » ou « joaillier depuis » ou plus modestement « Joaillerie »
– Le nom de la collection
et pour les plus bavards la description sommaire des métaux et pierre ou une signature, Place Vendôme figurant en bonne place de la réassurance maximum.

 

Finalement c’est plutôt simple et efficace.
– Si l’on est sensible à la marque et à ce qu’elle permet de faire valoir : belle qualité, prix élevé et élitisme.
– Si on s’attache à l’esthétique du bijou car cela facilite un avis rapide du type « J’aime / j’aime pas ».

2ème axe de séduction : vous allez être une autre femme !

Ce serait tentant de dire que c’est ici que l’on tombe dans la caricature de la publicité ! Femmes séductrices, envoûtantes, sûres d’elles, belles à tomber… en un mot irrésistibles ! Donc pour devenir une femme comme ça, il nous faut absolument ce bijou, et vite ! ou pas…

Côté expressions, positions, les publicitaires s’en donnent à coeur joie avec une petite préférence pour trois options :
Le côté « mordant »  ou plus précisément « je vais me mordre le doigt d’envie et de plaisir ». Moi je trouve que c’est un peu idiot de se mordre le doigt parce qu’on a une belle bague, même si c’est un moyen certain que tout le monde la voit ! Elle risque quand même de finir un peu baveuse…
Le côté pensive, suggestive, lascive… Enfin vous voyez ce que je veux dire, la femme dans un bonheur extatique que seules quelques circonstances créent. Alors pour ma part, malheureusement d’ailleurs, enfiler une bague ne m’a jamais procuré un tel état ! Dommage.
Le côté « look the ring » autrement dit, la position tout à fait naturelle de mettre sa main juste devant son visage pour qu’on remarque « un truc » précis !

HHmmm ce doigt !

 

Argh… l’extase !!!

  

Ouhouh, je n’ai qu’un oeil 😉

    

3ème axe de séduction : créer la surprise chez le lecteur !

Attention c’est plus rare. Et l’effet est nécessairement plus ou moins efficace en fonction de la sensibilité de chacun et de ses codes. Alors je dois dire que peu m’ont convaincue mais ces commentaires n’engagent que moi.

Mikimoto, expert de la perle sort de son image classique et tente la séduction coquine !
Plutôt sympa au final surtout si on connait la marque. Et dans le cas contraire, on a une chance de susciter l’envie d’achat d’un sautoir en perles, même si on ne se sent pas l’âme d’une Jackie Kennedy !

En mode Sage                                                               En mode coquin

            

Akillis, marque que je ne connaissais pas, nous fait un doigt !
Etonnant, voir bizarre, original et incontestablement rock’n roll. C’est ce qui est recherché puisqu’on est sur une collection graphique et contemporaine. En revanche, ça fait plutôt bijou fantaisie et on a du mal à percevoir le côté haut de gamme du bijou.

5 octobre se la joue potager bio…
Pas franchement réussi à mon sens. Déjà je ne me vois pas planter mes boucles d’oreilles dans une pomme ou un navet. Ensuite j’ai beau manger 5 fruits et légumes par jour, ce n’est pas ce qui va me faire choisir une marque de bijoux. Et enfin me comparer à une pomme ou un navet, ce n’est pas ce qu’il y a de plus flatteur. Bon espérons qu’ils s’inspirent rapidement de jolies fleurs plutôt que de bananes !

Zolotas et Gas nous font croire aux sirènes !
Je ne sais pas si c’est l’été, mais voilà que certains se disent qu’on est super sexys quand on vient de se rouler dans le sable. Alors de UN, on n’est pas sexys, on colle ! de DEUX, le sable c’est pas bon pour les bijoux, ça raye ! et de TROIS les sirènes ça n’existe pas ! J’espère qu’ils ne transformeront pas leurs modèles en glaçon cet hiver…

4ème axe de séduction, montrer le bijou en situation sans en faire des caisses !

Ah voilà une option intéressante, plutôt pragmatique. On devine qu’on a affaire à une belle fille mais on ne fait pas une fixette sur elle. Et ça c’est cool (un peu comme les pubs Aubade) parce que ça facilite l’identification. La photo pourrait être prise sur le vif, ça a l’air naturel, un bon point pour créer de la proximité. Et enfin on voit bien le bijou. Du coup pas besoin d’en dire beaucoup : la marque, la collection et c’est tout bon.

En conclusion de cette rapide enquête évidemment incomplète et subjective, les marques cherchent par tous les moyens à se faire remarquer (Ah oui je viens d’écrire une banalité…)
Si la mise en scène diffère, un point commun subsiste : un minimum de texte c’est à dire la marque, la collection et une petite réassurance (adresse, matériaux, site internet). La priorité est donnée à l’image : modèle (très souvent inconnue mais jolie) et bijou.
Il est certain qu’en fonction de nos goûts, de notre éducation, de notre vision de la féminité, de l’élégance ou de la séduction, nous n’allons pas réagir aux mêmes codes. C’est donc une bonne chose que les marques choisissent leur camp publicitaire. Elles ciblent ainsi leur clientèle.

Mais ne serait-ce pas encore intéressant qu’une même marque cumule ces approches pour un même bijou et décline ainsi plusieurs campagnes pour capter plus de consommatrices. Ce serait à tenter non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *