Cet été, nous avons été sur-sollicitées pour picoler ! Il faut croire que c’est bien vu que les filles prennent l’apéro l’été !
Mais soyons claire, on ne nous invite pas à boire une bonne 16 ou un Pessac, que nenni… On nous invite soit à plonger dans une piscine de rosé ou encore mieux à révéler nos talents de barista (ou à trouver un gentil gars qui va secouer le shaker pour nous !) Moi perso, ça m’a tout de suite séduite et surtout donner envie d’essayer ! Le truc c’est que ça impose quand même de renflouer le bar de la maison. Comme c’était pour la bonne cause de ce petit blog, je n’ai pas hésité une seconde. En synthèse voici les campagnes qui ont titillé mes papilles….


Le cointreau Fizz

Alors déjà j’ai été séduite par la photo, plus précisément par l’aspect rafraîchissant du breuvage ! Ensuite ça m’a eu l’air très simple à réaliser. Et puis ce n’était pas sans faire penser au mojito (eau pétillante, citron vert) Bref que des ingrédients light et sains. Autant dire le parfait cocktail pour une soirée girly. On rajoute à ça la petite framboise ou le morceau de melon pour le côté bonne conscience des fruits, et voilà le tour est joué.
Si je suis sincère j’ai été surprise. Oui parce que pour moi Cointreau, ça a plutôt une image un peu vieillotte. Alors les voir communiquer ainsi de manière jeune et branchée façon « j’ai posté la photo de mon apéro sur mon toit terrasse parisien sur #insta parce que la vie est trop trop belle à Paris l’été » c’était décalé.
Et puis « techniquement parlant » je n’aurais pas imaginé que le cointreau puisse à lui seul être la base d’un cocktail. En général c’est le petit truc qu’on rajoute en plus, l’air de rien, pour son goût d’orange, mais qui reste secondaire dans la recette.

Du coup ça m’a donné envie d’en savoir un peu plus sur la marque. Et là j’ai été de surprises en surprises.

L’histoire commence en 1849 à Angers dans la distillerie des frères Cointreau.

Déjà j’apprends que Cointreau a créé un manifeste appelé « La Parisienne Cointreau ». Et là les filles, c’est pour nous, pour ne pas dire « c’est tout nous » :

Son crédo : la liberté !
Libre. Elle twiste sa vie comme on twiste un cocktail. Affranchie, elle bouscule les codes, se joue des conventions. Sans frontière, sans entrave. Elle se forge son propre chemin.
Passionnée, créative, versatile.  Elle ose, mélange, explore, partage et se plaît à aller là où on ne l’attend pas. Muse en marche, à l’affut, elle s’inspire de l’extérieur et nourrit son intérieur laissant infuser chez elle cette joie de recevoir révélant sa personnalité. Naturellement sophistiquée, elle pétille, éblouit par son allure, son charme, son humour spontané.
En parfaite imparfaite, elle assume, tout. Elle est ce qu’elle vit et vit ce qu’elle est, avec la conviction que la plus grande élégance c’est d’abord d’être soi, sans façon et de mille et une manières. Elle est l’affranchie en capitale.

Ensuite je découvre qu‘il existe carrément des soirées Cointreau Fizz à Paris, Antibes, Cannes, Monaco… Et toute l’année ! Et comme je suis sympa, je vous donne le lien du site avec les dates juste ici, là, à un clic, allez vas y!

Le programme : Les ambassadrices Cointreau vous donnent rendez-vous le temps d’une soirée pour déguster le Cointreau Fizz dans nos bars partenaires, à prix préférentiel, et tenter de remporter différents lots (des kits cocktails, des Petites Cointreau Fizz…)
C’est pas cool ça ?!

Et comme l’alcool ça désinhibe, et donc ça libère la créativité, et bien en toute logique ils ont ouvert une fondation dédiée à l’art, plus particulièrement la mode, la danse contemporaine et le cinéma.

Donc je dirais BINGO sur toute la ligne pour Cointreau qui a su à travers cette campagne se montrer sous un jour contemporain, frais et actuel. J’ai été tentée. Et donc j’ai testé…  Et c’est pas mal du tout 😉

Alors… hips… si « cointreau n’en faut »… je pense qu’on pourrait proposer pour l’année prochaine le Cointreaucolada, le Cointreaujito, le Cointreausunrise, le Cointreaulibre ? Et si déjà on essayait entre nous !!!


Le Lillet Tonic

On sent bien qu’on est dans la même veine, genre « Allez les filles, faites-vous plaisir »… Par contre là avouons que c’est un peu moins sexy. On sent le bon vieil alcool des familles. Et même si on nous promet avec ce cocktail tonic la « fraicheur de l’été » on ne peut pas dire que ça saute aux yeux.

A moins de vouloir conserver l’image traditionnelle et ancestrale, on aurait aimé un peu plus de peps, de dynamisme, d’ambiance festive !

Du coup un peu déçue, je me suis penchée sur la marque. Oui je suis comme ça, je ne reste jamais sur une première impression quand elle n’est pas bonne (en même temps des fois je ferais mieux, mais bon ça c’est une autre histoire) Donc me voilà partie à l’assaut du site de Lillet. Et là …. comment dire, j’étais limite désolée pour eux !

Ben oui ils avaient de quoi rivaliser avec Cointreau. Déjà l’histoire est sympa aussi et commence dans le Bordelais en 1872, pas très loin de Sauternes. Là ça fleure bon le moelleux. Dans les années 20, ça devient l’alcool en vogue à New York, classe non ?! Et puis le Lillet rouge apparaît en 1962, et enfin le Lillet rosé en 2011 qui est immédiatement récompensé lors de « The Ultimate Beverage Challenge » par le Chairman’s Trophy. On y est ! Dès 2012, la marque rajeunit dans sa communication. Enfin disons que c’est plus frais!

Au final, ça m’a plutôt donné envie de goûter le Lillet rosé on the Rocks et d’imaginer la soirée romantique qui va avec. Mais franchement y a moyen de donner envie de plonger dans ce bain pinky et de proposer plein des cocktails. Surtout que depuis 2013, il semblerait que le temps se soit arrêté sur le Lillet-Schweppes. Alors « What did you expect » ? Et bien un peu de renouveau, d’idées et de suggestivité.

Par exemple, sur le site Lillet on trouve le Lillet rougissant, le Lillet rosé flambé, L’éléphant rose, le Lillet Roseberry... C’est poétique, suggestif et ça offre une palette de mise en scène incroyable. Imaginez deux verres posés négligemment sur le sable de la Dune du Pyla face au banc d’Aguin. Regardez on a même trouvé la photo.

Alors on compte sur vous l’été prochain pour nous faire tinter les verres ?


 

Un commentaire sur “Et si on réveillait le barista qui dort en nous ?!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *